Portraits de femme >

Anne Raffin crée la marque Morigann

Des poudres d’encens inspirées de la tradition celte

Anne Raffin fabrique et distribue des poudres d’encens sous la marque Morigann, à partir de plantes de Bretagne longtemps utilisées dans la tradition Celte. En mars 2007, elle créé son atelier « L’atelier du Croissant » à Lothey, près de Châteaulin dans le Finistère et nous partage son expérience de créatrice d’entreprise.

Anne mélange, compose, de manière artisanale, dans son atelier à Lothey, près de Châteaulin, des encens aux noms inspirés des temps forts du calendrier celtique comme « Imbolc », « Solstice d’Hiver » ou encore « Beltane » : des fragrances évocatrices, mélanges d’herbes choisies pour leurs parfums et leur propriétés. Pin sylvestre, sauge, genévrier, benjoin, propolis, myrrhe, verveine, mélisse, millepertuis, menthe verte, angélique ou encore oliban, ces plantes ont une particularité : elles poussent en Bretagne depuis la nuit des temps.

Du CAPES documentation à la création d’entreprise

Rien de prédisposait Anne à devenir chef d’entreprise. En 1993 elle obtient son CAPES documentaliste et travaille dans les lycées, un métier qui l’intéresse et lui convient. Pourtant, elle a une idée, celle de remettre au goû »t du jour les plantes de Bretagne, plantes qu’elle connaît très bien, grâce à sa grand-mère guérisseuse qui les utilisait savamment. Elle souhaite, initialement, se lancer dans la cosmétique mais l’investissement de départ, les contraintes techniques sont lourds alors elle réoriente son projet et s’intéresse aux encens. La voilà, l’idée : créer des encens originaux, bio, et faire renaître la tradition des Celtes. Il lui faudra cinq années de gestation pour mû »rir son projet et commencer les démarches.

Les Samedis de Kerliver pour franchir le pas, un coach pour avancer...

En 2006, elle pousse la porte d’un Samedi de Kerliver, ces conférences proposées par Entreprendre Au Féminin et destinées à diffuser la culture entrepreunariale. Lors de cette réunion, elle rencontre d’autres personnes en projet, se retrouve « dans un élan de création ». Elle revient régulièrement aux Samedis de Kerliver, pour apprendre, s’enrichir, et pour se ressourcer auprès de son tout premier réseau.

Son projet se précise, si bien qu’elle demande à être reçue en entretien de positionnement car elle souhaite intégrer la formation Entreprendre au Féminin. Lors de cet entretien, c’est Gwenn Le Doaré qui est chargée de « diagnostiquer » son projet. Son projet est trop abouti pour qu’elle suive cette formation qui accueille les femmes au stade de l’idée, mais elle peut bénéficier d’un accompagnement individuel de type coaching : 8 rencontres régulières et espacées avec un coach qu’elle peut choisir parmi plusieurs professionnels.
« Le coaching m’a été très utile car il m’a permis de mettre en place des objectifs intermédiaires et de les atteindre. Ma coach m’a ouvert son carnet d’adresse, m’a aidé à trouver des solutions pour choisir, par exemple, les bonnes orientations stratégiques. »
Aujourd’hui, l’Atelier du Croissant a un an, les encens d’Anne Raffin sont référencés dans les magasins bio, les boutiques de bien être. Elle cherche à affiner sa stratégie de distribution, peut être en créant une boutique en ligne sur le web. Parallèlement, Anne conçoit un brû »le-encens adapté et complémentaire à ses produits, organise des stages de découverte des encens et des huiles essentielles.

Son projet et multiple, nourri par les rencontres, notamment dans le réseau Entreprendre au Féminin qu’elle a logiquement intégré. « Entreprendre au Féminin a été d’un grand soutien dans mon parcours de création d’entreprise, en pré-création comme en post-création. Il m’est aujourd’hui indispensable de travailler en réseau, de retrouver d’autres femmes chefs d’entreprise pour partager nos expériences et de pouvoir m’investir, à mon tour, auprès des personnes en projet ». Un juste retour d’ascenseur, non ?


EURL L’Atelier du Croissant
29190 LOTHEY
Tél : 06 61 99 56 78
mel : contact@morigann.fr
http://www.morigann.fr

le 30 novembre 2008 par Gaëlle Vigouroux